top of page

👀 Mieux vaut guĂ©rir que prĂ©venir

Explications en 3 minutes avec Laurent Voulzy, l’effet Coolidge et la pĂ©pite de la semaine 💎

­­­­

Bonjour les ClubƓurs,

­­­­

Mon premier c'est dĂ©sir Mon deuxiĂšme du plaisir Mon troisiĂšme c'est souffrir Et mon tout fait des souvenirs đŸŽ¶

­­ Si Laurent Voulzy avait voulu dĂ©crire le mĂ©canisme de la pornographie, il n’aurait pas fait mieux. Dans cette sĂ©rie, on vous propose de se concentrer sur les 3Ăšme et 4Ăšme lignes du refrain : les impacts nĂ©fastes de la pornographie. On s’intĂ©ressera aux consĂ©quences physiques, psychologiques et relationnelles de la pornographie. Premier arrĂȘt au stand : on passe par la case “consĂ©quences physiques”. đŸ’„

­­­­­

đŸ€• Images fictives, consĂ©quences rĂ©elles

­­­

DĂ©rĂšglement hormonal

Le visionnage d’images pornographiques entraine une libĂ©ration en quantitĂ© trĂšs Ă©levĂ©e de dopamine (appelĂ©e hormone du bonheur). Cela Ă©puise le cerveau et dĂ©truit les neurorĂ©cepteurs chargĂ©s de capter cette dopamine. Trop de dopamine peut affecter nos mĂ©canismes naturels de satiĂ©tĂ©.

­­­­

Modification du cerveau

La sur-stimulation du centre de plaisir dĂ©sensibilise le systĂšme de rĂ©compense. D’oĂč le besoin de regarder en + grande quantitĂ© du contenu + violent. C’est l’effet Coolidge, expliquĂ© dans la vidĂ©o juste en dessous âŹ‡ïž. Spoiler alert : Il n’y a de cool que le nom 🙄

­­­­

Détérioration de la sexualité

L’endommagement du systĂšme de rĂ©compense rend les consommateurs d’images pornographiques moins sensibles aux sources naturelles de plaisir. Ils sont ainsi moins excitĂ©s par un.e partenaire rĂ©el.le et connaissent plus rĂ©guliĂšrement des dysfonctionnements Ă©rectiles. DĂ©connexion.

­­­­

Fatigue, manque de sommeil

­La sur-stimulation de plus en plus consĂ©quente du cerveau par la dopamine avant de dormir ainsi que l’exposition Ă  la lumiĂšre bleue, produite par les Ă©crans, rendent l’endormissement difficile et donc les nuits plus courtes. Et toucher au sommeil, c’est prendre le risque que tout le reste s’effondre. Snooze. ⏰


🔎 Dis-donc t’en fais une (dopa)mine !

­­­

Encourager. Proposer. Ouvrir le champs des possibles.

Il existe mille et une façons de stimuler la production de dopamine par notre cerveau, autrement que par la pornographie.

Sans forcĂ©ment aborder frontalement le sujet de pornographie, proposer Ă  son ado de faire la “liste de 20 kiffs” (= choses simples et facilement accessibles), c’est l’inciter Ă  identifier les plaisirs ou activitĂ©s pour rĂ©pondre Ă  ses besoins de dĂ©tente et de bien-ĂȘtre.


💡La pĂ©pite de la semaine

­ Une bonne ressource à partager avec votre ado : une vidéo (diffusée devant des milliers de jeunes chaque année) qui explique concrÚtement le circuit de récompense.



Belle découverte,


Club de CƓur (grenadine) 🧡

3 vues0 commentaire

Posts similaires

Voir tout
bottom of page