top of page

👂NONSNCF, NONFM, NONGO

"Pour avancer dans la vie, il faut que tu regardes au-delà de ce que tu vois" Le Roi Lion 🦁


Hello les Clubœurs,


On espère que vous allez bien !


“Quoi ?? Tu me laisses dans cet état après m’avoir chauffé.e ?”, “T’es sûr.e ?” “Ca veut dire que tu ne m’aimes pas”, “T’es sûr.e ?”, “C’est dégueulasse, t’avais pas qu’à m’embrasser, maintenant on continue”, “T’es sûr.e ?”, “Tu peux pas dire non maintenant !!”, “T’es sûr.e ?” …


Entre non-acceptation du “non” et la culture de l’insistance, nous continuons notre série sur le consentement.


⭐ Niveau 1 : Savoir ce que c’est !

⭐⭐ Niveau 2 : Savoir dire non

⭐⭐⭐ Niveau 3 : Savoir le demander

⭐⭐⭐⭐ Niveau 4 : Savoir entendre un non


Bravo, on a déjà notre troisième étoile. En route pour la 4ème (et dernière) étoile !


Belle lecture ! ☀️☀️


💌L'ACTU HAUT LES CŒURS

Cette semaine, chez Haut Les Coeurs :

  1. Vendredi dernier, nous avons eu le plaisir d’animer un atelier “Accompagner son enfant dans la construction de sa sexualité” avec l’association Familles de L’Aisne à Tergnier. De beaux moments d’échange avec une quinzaine de mamans ! Merci Tiffany et Glwadys pour cette rencontre !

  2. La prochaine conférence “Les ados et la pornographie : Comment leur en parler et les protéger ?” aura lieu le mardi 22 novembre de 20h30 à 22h. On vous attend nombreux ! Des outils techniques et des solutions concrètes proposés pour faciliter l’accompagnement des ados. ➡️ Vous pouvez vous inscrire ici.

Pour la petite anecdote : “Ça commence par un oui”. C’était ce qu’on s’était dit à la création d’Haut Les Cœurs. Parmi toutes les idées que nous avions, on avait choisi “WE” parce que la sonorité reste la même (in english please) et parce que “we” en anglais ça veut dire “nous” et qu’on trouvait ça plutôt fédérateur. La preuve en image avec notre toute première présentation :

Et depuis, on a bien évolué !


Bienvenue aux 17 nouveaux abonné.es de la semaine ! 🥳🥳


🔎DECRYPTAGE - APPRENDRE À RECEVOIR UN NON

­­

"Je ne fais pourtant de tort à personne, en suivant mon chemin de petit bonhomme. Mais les braves gens n'aiment pas que l'on suive une autre route qu'eux." Mauvaise réputation - Georges Brassens


POURQUOI C'EST DUR DE RECEVOIR NON ?

Recevoir un non, c’est toujours désagréable. Si on a posé la question, c’est qu’on y accorde de l’importance, alors quand la demande est rejetée, c’est toujours difficile à accepter.


Et quand il s’agit de consentement affectif ou sexuel, c’est encore plus difficile. Notamment parce que le demander demande déjà du courage.


La peine, la tristesse, la peur, la colère, le rejet, la frustration, la gêne, l’embarras, sont autant d’émotions et sentiments désagréables que nous pouvons ressentir après un “non”, et ce sont ces émotions qui le rendent plus difficile à accepter. Tamalou ?


"C’est trop duuuurr." Josiane Balasko - Les Bronzés

On vous avait déjà fait un aperçu dans cette newsletter et on vous promet une newsletter sur les émotions dans les semaines à venir !


Le “non” est aussi difficile parce qu’il fait sortir de la zone de confort. C’est rarement ce qu’on avait prévu en posant la question !! Et le “non”, nous oblige à prendre rapidement du recul et nous pousse à réagir rapidement malgré les émotions qui peuvent émerger (voir nous submerger). De confort à se sentir fort con.


Pour finir, le “oui” ou le “non-consentement” sont ancrés culturellement dans nos têtes.


Une étude menée par Amnesty International nous montre que :

L’idée que, notamment les femmes, puissent dire non pour se faire désirer, ou pour ne pas passer pour des filles « faciles » est très répandue.


Des Disney à la pornographie, les films notamment mais aussi certains contes et légendes ont participé à l’installation de cet ancrage culturel. Et cet ancrage a encouragé la naissance de ce que certain.es auteur.es ont appelé La culture de l’insistance. T’es sûr.e ? En vrai ça va être cool


"C'est dur d'aimer dans les limites du possible, du respect du droit... À vouloir trop avoir, on y perd ses acquis ..." Jean-Pierre Wyl


ZOOM : LA CULTURE DE L'INSISTANCE

Ce n’est jamais agréable de dire “non”, et c’est encore plus dur quand il faut le répéter 4 ou 5 fois. La stratégie de l’insistance donc a plus de chance de gagner.


Petit exercice pratique :

- Est ce que je peux venir chez toi ?

- Non

- T’es sûr.e ?

- Oui oui

- Promis je pars pas tard

- En vrai je suis fatigué.e

- Aller steuplé, ça va être trop bien

- Une autre fois peut être

...


On est d’accord c’est long. La réponse en musique :

“Tu veux ou tu veux pas

Tu veux, c'est bien

Si tu veux pas, tant pis

Si tu veux pas, j'en ferai pas une maladie” Zanini


“L’insistance est, malgré son apparente banalité, une forme efficace de coercition sexuelle." Suzanne Zaccour est juriste, chercheuse et conférencière féministe.


La pornographie n’aide pas : dans beaucoup de vidéos, le refus de la jeune femme excite l’homme qui force la femme jusqu’à ce qu’elle finisse par “jouir”, ce qui donne raison à l’homme. Le consentement et notamment le “non” qui peut être répondu ne sont donc pas perçus à leur juste valeur. On n’a jamais vu Jouir écrit Jnonr.


Petit rappel des chiffres :

  • Viol est le 9ème mot le plus recherché sur le porntubes en France

  • 1 jeune / 2 pense que la pornographie est une représentation réaliste de la sexualité

L'insistance se fait tant se passe tant lors d’interactions “réelles” que virtuelles : une réaction à chaque story, l’envoi de messages réguliers (bien que laissés sans réponse), un commentaire à chaque post, … autant de signes plus ou moins évidents dans le but d’attirer l’attention et d’insister sur l’envie d’interagir avec l’autre sans son consentement.


"Une fois ça passe, deux fois ça lasse, trois fois ça casse." Ma prof de CM2


Pour contrebalancer cette culture de l’insistance et cette violence, il est nécessaire d’éduquer les enfants au consentement et à l’acceptation du “non”.


NON D'UNE OPPORTUNITÉ ?

Si certains sont déjà habitués à réagir avec aisance, d’autres sont dans le train de l’apprentissage. NonSNCF


Alors voici des raisons pour lesquelles, un “non” peut-être plus facile à accepter. Ca-non !

  • Il favorise l’identification à l’autre et l’acceptation d’autres points de vue. Ouverture d’esprit quand tu nous tiens.

  • Il peut permettre de prendre du recul et développer son esprit critique. 1 pas en avant 2 pas en arrière.

  • Il est préférable de se voir opposer un refus que de se lancer tête baissée, d'avoir l'air agressif et de risquer de mettre leur partenaire mal à l'aise, ce qui pourrait ruiner la relation.


🙌UN TIPS POUR ACCOMPAGNER LES JEUNES

Pour accompagner les jeunes, on peut leur apprendre à différencier le “non” personnel du “non” situationnel. En mon non et pas en mon nom ?


Comme on peut l’imaginer, le “non” situationnel dit non à une situation : “Je n’ai pas envie de ça maintenant”, “Je ne préfère pas faire ça ici”, “Je ne suis pas à l’aise avec ça”, “Et si on attendait un peu ?”, …


Et inversement, le “non” personnel dit non à une personne : “Je n’ai pas envie de toi”, “Je ne préfère pas te revoir”, “Je pense que c’est mieux qu’on arrête là”, …

Le problème est que beaucoup de “non” sont pris personnellement alors qu’ils sont situationnels.


Ce n’est pas un message personnel - Françoise Hardy

Et si le “non” est effectivement personnel, une petite piqûre de rappel ne fait jamais de mal : on ne peut pas plaire à tout le monde ! Tout le monde ne nous plaît pas, l’inverse est vrai aussi ! On ne peut pas forcer les gens à nous apprécier. Qui m’aime me suive


⚙️LA BOÎTE À OUTILS


Le ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, a construit en partenariat avec l’association Sexe & Consentement et avec le média Konbini une campagne sur le consentement ! Un kit d’affiches, de vidéos, de témoignages, … est disponible !


La campagne adopte les formats de communication des jeunes pour sensibiliser au sujet.

Un bel outil pour aborder le sujet de votre côté : “J’ai vu que le ministère avait lancé une campagne sur le sujet du consentement, notamment en partenariat avec Konbini. Tu l’as vue passer sur les réseaux sociaux ? Vous en avez parlé à l’école ?” et hop le sujet est lancé et la curiosité de l’ado est titillée ! (même s’il n’y a pas beaucoup de répondant, vous plantez des graines !) 👏👏


🍀LE PETIT + POUR BRILLER EN SOCIÉTÉ

Selon une étude Iflop menée sur un échantillon approximatif, “non” est prononcé “nan” jusqu’à un âge incertain.


LES EVENTS À VENIR 🎉

OCT - JUIN 22 : Le programme Change Mak’her, un programme d’entrepreneuriat pour les jeunes filles de 12 à 18 ans, 2 mercredis par mois


22 NOV 22 (20h30) : Nous vous proposerons une conférence sur la pornographie, afin de comprendre son impact sur les consommateurs et consommatrices, et de transmettre les meilleurs outils pour protéger et en parler.

On vous attend nombreux !


Bravo, vous avez atteint le niveau 4 ⭐️⭐️⭐️⭐️

Et on se retrouve dans 15 jours pour une nouvelle newsletter !


À bientôt,

Le Club de Cœur 🧡


153 vues1 commentaire

Posts similaires

Voir tout
bottom of page